Un doigt, la preuve du paludisme qui a mis fin à la vie de l’empereur

L’analyse du petit doigt de l’empereur Charles Quint a révélé qu’il était décédé des suites de cette maladie

L’une des grandes énigmes de l’histoire – la mort de l’empereur Charles Quint – a été révélée il y a quelques années grâce à l’expertise et à l’insistance du docteur Julián de Zulueta. Parce que, contrairement à ce que l’on pense souvent, l’empereur n’est pas mort des suites de la goutte, mais du paludisme.

Julián de Zulueta, fils d’un ministre de Manuel Azaña, était un médecin spécialiste des maladies tropicales. Il a d’abord travaillé pour la Fondation Rockefeller, puis pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En tant qu’épidémiologiste, il a mené plusieurs campagnes contre le paludisme dans des pays d’Asie, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique. Même les dayak de Bornéo l’appelaient Tuan Nyamok, c’est-à-dire le Seigneur des moustiques dans la langue locale.

Centre d’Interpretation du Paludisme.

Une fois à la retraite et bien qu’il soit devenu maire de Ronda, il resta lié à l’enquête et plus particulièrement à révéler le secret de la mort d’une momie qui gardait la barbe et les yeux grands ouverts, à laquelle un milicien s’enlaça en 1936; image publiée dans un journal français et qui a retenu son attention pour toujours. Momie que Zulueta a liée aux restes de l’empereur Charles Quint.

La dernière phalange du petit doigt de l’empereur

Après de nombreux avatars, Zulueta a eu accès à la dernière phalange du petit doigt de l’empereur, conservée dans une petite urne du monastère de San Lorenzo de El Escorial. Grâce à l’aide de Pedro Alonso, un autre grand scientifique espagnol voué à la lutte contre le paludisme, il a pu étudier la phalange évoquée.

L’étude a confirmé, en effet, que Charles Quint avait beaucoup souffert de la goutte; il est également décédé des suites du paludisme, une maladie causée par le parasite Plasmodium falciparum, et affecte chaque année environ 215 millions de personnes dans le monde.

Et pour en savoir plus sur cette maladie, son développement et son incidence, nous vous invitons à visiter le centre d’interprétation dédié à Losar de la Vera. La visite est totalement recommandée!

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s