La légende de Jeromín et Magdalena

Si vous visitez Pasarón de la Vera, à Cáceres (Espagne), vous connaîtrez l’origine de cette légende

Deux sont les protagonistes de cette légende: lui, Jeromín, fils illégitime de l’empereur Charles Quint. Elle, Magdalena. Le résultat, un amour jeune et intense. L’endroit, Pasarón, à Vera de Cáceres.

L’Espagne regorge de légendes liées à l’empereur Charles Quint et à ses proches. L’un d’eux est ce le garçon qui a amené Yuste pour le rapprocher; le fruit de sa relation avec Barbara Blomberg, et qu’à sa mort il cesserait de s’appeler Jeromín pour devenir Don Juan d’Autriche.

La légende…

La légende raconte que Jeromín a rencontré Magdalena, fille de maître de Pasarón. Jeune, élégant Très jeune. Le résultat, un amour passionné qui n’a pas été approuvé par une personne qui a connaissance d’un tel amour: le grand-père de Magdalena, favorable à la cause du comuneros, et donc l’ennemi de l’empereur. Son opposition est devenue une punition pour elle lorsqu’elle les a trouvés en train de s’embrasser: Magdalena était enfermée dans une pièce au sous-sol du palais familial. Et ne quittez plus jamais ce sous-sol. Il y est décédé après quelques années.

Les jours de pleine lune, la légende raconte qu’une âme traverse l’intérieur du palais, pleurant sa tristesse pour l’amour perdu, et aussi pour la vie dont elle n’a pas pu jouir. Une âme qui répond au nom de Magdalena.

…et la réalité

La réalité dit que le Palacio Pasarón a été construit par Garci-Fernández de Lara, III comte d’Osorno et seigneur de la ville, décédé dix ans avant l’arrivée de l’empereur Charles Quint à Yuste; qu’il n’a jamais été ennemi de l’empereur, au contraire, on se souvient de son combat contre les comuneros; et qu’il a occupé des postes importants à la cour espagnole pendant la première moitié du XVIe siècle. Même son successeur, Pedro Fernández Manrique de Lara y Luna, comte IV d’Osorno, était membre du cercle le plus proche de l’empereur pendant son séjour à Yuste.

Par curiosité, une des rues qui borde le palais de Pasarón de la Vera est appelée comme le protagoniste de la légende que vous venez de lire.

Maintenant, avec quoi restez-vous? Avec la réalité, ou avec la légende?

SOURCE: Por la Vera de Cáceres

Un comentario en «La légende de Jeromín et Magdalena»

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s