Les plantes des jardins du Monastère de Yuste


Les plantes ornementales et médicinales côtoient les plantes horticoles

Nous ne découvrons rien si nous disons que l’empereur Charles V aimait les fruits. Cela explique le grand nombre d’arbres fruitiers que l’on trouve dans les jardins du monastère de Yuste. Ces arbres partagent l’espace avec toutes sortes de plantes ornementales.

Dans le jardin-verger du monastère de Yuste, on trouve de tout, des plantes horticoles à d’autres à usage ornemental ou médicinal. Ainsi, compte tenu de sa prédilection pour les fruits, il ordonna la plantation de pêchers, pruniers, cerisiers, poiriers, pommiers, cognassiers, amandiers, noyers et châtaigniers.

En outre, il a également ordonné la plantation de fraisiers et d’orangers, dont il consommait les fruits, bien que leur plantation soit purement décorative. D’une part, les fraises ont été utilisées pour recouvrir les parterres de fleurs, tandis que les orangers ont recouvert les murs d’enceinte, une fonction également remplie par le lierre et le chèvrefeuille.

En ce qui concerne les légumes, il est question d’ail, d’oignons, de choux, de choux-fleurs, de carottes, de laitue et de navets. En outre, il existe deux plantes d’origine américaine, la tomate et le poivron, qui avaient une fonction purement ornementale.

Cependant, en ce qui concerne ces derniers, les moines hiéronymites ne tardèrent pas à les utiliser à des fins culinaires et devinrent producteurs de ce qui allait devenir l’or rouge: le paprika de La Vera.

Outre les plantes mentionnées ci-dessus, les autres plantes ornementales que l’empereur appréciait étaient les fleurs coupées (œillets, roses et pivoines). En ce qui concerne les premiers, l’empereur est enregistré comme ayant une prédilection pour un petit jardin d’œillets, dont l’entretien et l’arrosage étaient confiés à un homme du pays. Quant aux roses, des rosiers ont été utilisés dans les tonnelles et les tunnels de verdure. En outre, et dans une moindre mesure, des vignes ont également été plantées à cette fin.

Quant aux haies, elles se trouvaient le long des allées ou en bordure des jardins, et les espèces les plus courantes étaient le myrte et le buis.

Enfin, l’esthétique du jardin était également renforcée par l’existence de petits potagers clos, jolis, dédiés à la production de plantes médicinales et aromatiques.

SOURCE: Jardins de La Vera

Anuncio publicitario

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s